hoffertoptirond110
Paul Hoffert
Président
En 2014, le Fonds Bell a continué à soutenir les producteurs et diffuseurs de contenus télévisuels et numériques. Nous sommes certes fiers de contribuer au maintien d’un environnement favorisant la production de contenus canadiens de grande qualité permettant aux auditoires partout dans le monde d’apprécier ce que les Canadiens ont de mieux à offrir.

Depuis 1997, le Fonds Bell a injecté plus de 150 millions $ dans la réalisation de plus de 1 500 projets. Uniquement en 2014, ce sont quelques 17,6 millions $ qui ont été octroyés à 186 projets – soit plus de fonds que jamais alloués à plus de projets que jamais. Toutefois, ces chiffres ne révèlent qu’une partie du portrait global. Jour après jour, les talentueux producteurs avec qui nous avons le privilège de faire équipe continuent de nous inspirer. Ces derniers repoussent sans cesse les limites de l’excellence en explorant de nouvelles façons de raconter leurs récits sur les plateformes numériques, et en mettant en place de nouveaux modèles d’affaires adaptés à un écosystème qui englobe désormais la télévision conventionnelle, la distribution sur le web et les applications mobiles. Le Fonds Bell demeure à l’écoute des producteurs et diffuseurs et demeure à l’affût de leur environnement technique, créatif et d’affaires en constante évolution, afin d’être au fait de toute nouvelle opportunité.

Si nous avons certes plusieurs raisons de célébrer, il demeure que notre industrie évolue toujours au gré de fluctuations l’obligeant à s’adapter constamment à de nouvelles réalités. De toute évidence, nous devrons désormais composer avec le changement constant, et aucune solution simple n’est à notre portée. S’il demeure impossible de prédire où tout cela nous mènera, nous croyons tout de même fermement que les auditoires continueront d’exiger des contenus produits par des gens qui savent raconter de bonnes et belles histoires – et que les modèles d’affaires sauront évoluer afin de rentabiliser de tels contenus.

Nous tenons à souligner les nombreuses contributions d’Andra Sheffer, ancienne directrice générale du Fonds Bell, au cours de ses nombreuses années à la tête de notre organisation. Sa vision, sa détermination et son dévouement ont grandement contribué à façonner le Fonds tel qu’il est devenu aujourd’hui. Andra est une pionnière et une dirigeante hors pair qui a joué un rôle important dans la mise en valeur des productions canadiennes destinées aux médias numériques.

De son côté, Nancy Chapelle, nouvelle directrice générale du Fonds Bell, fait son entrée chez nous après avoir occupé avec succès pendant plusieurs années le rôle de présidente de Catalyst Entertainment, et celui de directrice générale des contenus et de la programmation chez TVO. Nancy possède une feuille de route remarquable où convergent la radiodiffusion et les médias numériques. Parmi les nombreux honneurs qui lui ont été décernés, elle a figuré sur la liste des 100 femmes les plus influentes au Canada, dans la catégorie Arts et communications.

Nous poursuivons nos efforts afin d’améliorer la qualité des services que nous offrons aux producteurs. Au moment où vous lisez ces lignes, le Portail de demande en ligne du Fonds Bell aura d’ores et déjà été lancé. Celui-ci nous permettra d’accroître l’efficacité de nos opérations, tout en facilitant le processus de soumission de demandes pour nos clients.

Les activités du Fonds Bell sont rendues possibles grâce aux contributions annuelles de Bell Télé (incluant Bell Aliant et Câblevision du Nord de Québec), ainsi qu’aux avantages de BCE/CTV.

Les projets que nous avons financés au cours de la dernière année sont pour moi une source d’inspiration. J’espère qu’il en sera de même pour vous lorsque vous consulterez le présent rapport annuel et que vous y constaterez l’envergure et la diversité de nos accomplissements.



Paul Hoffert
Président
rosenbergoptirond210
Lori Rosenberg
Vice-présidente
Au cours de la dernière année, notre industrie a évolué à une vitesse remarquable. De nouvelles habitudes dans la façon dont on consomme les médias, de nouvelles percées technologiques et de nouveaux cadres réglementaires sont autant de facteurs ayant transformé notre industrie de mille et une façons. Notre secteur d’activité est constamment appelé à s’adapter à moult changements. Or, notre défi, pour nous qui oeuvrons au sein de cette industrie, est de savoir s’y adapter.

Cette année, c’est avec grand intérêt que nous avons suivi les consultations Parlons télé mises sur pied par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), ainsi que les annonces subséquentes en ce qui a trait aux politiques. S’il est encore trop tôt pour en prédire l’impact, il demeure évident qu’on ne saurait s’attendre à un équilibre à court terme.

Alors que nous tentons de gérer le changement, le temps est venu de nous poser d’importantes questions. Le Fonds Bell s’intéresse grandement aux façons d’informer davantage de Canadiens sur les types de contenus qui leur sont accessibles et, de ce fait, à soutenir l’industrie qui produit, rassemble et livre de tels contenus. L’époque où nous n’avions qu’à produire d’excellents contenus en laissant le soin à l’auditoire de les trouver est désormais révolue. Il nous faut devenir des participants actifs et déterminés à promouvoir nos contenus et les façons dont on peut y avoir accès. Cela implique une plus grande participation de la part des diffuseurs et des producteurs dans l’écosystème de consommation des contenus. D’un point de vue commercial, une telle approche s’avère aussi tout à fait logique. Il s’agit d’un enjeu fort important pour chacun d’entre nous. On parle ici d’un défi qui affecte l’industrie dans son ensemble, et d’une préoccupation prioritaire si l’on vise effectivement à tirer profit de ce que l’on a qualifié d’« ère de l’abondance ».

Le Fonds Bell s’efforce de faciliter la production d’excellents contenus. Aussi, si notre principale motivation n’est pas nécessairement de récolter prix et récompenses, ces derniers constituent tout de même une forme de mesure du succès. En 2014, le Fonds Bell a soutenu financièrement des projets qui ont obtenu pas moins de 26 nominations aux prix Écrans canadiens dans les catégories Télévision, récoltant quatre trophées. Des quatorze candidats en lice pour trois prix dans la catégorie Best Cross-Platform, dix étaient liés à des projets soutenus par le Fonds Bell. Ce fut d’ailleurs le cas pour les trois lauréats dans cette catégorie. Au Québec, nos projets multiplateformes ont obtenu dix nominations, et quatre d’entre eux sont repartis avec une statuette. Une telle variété de catégories atteste quant à l’excellence des projets que nous appuyons, excellence qui s’étend à une panoplie de genres. En effet, on retrouve des lauréats dans les catégories enfants, téléréalités et dramatiques. Le succès des projets bénéficiant du soutien du Fonds Bell s’étend au-delà de nos frontières, certains d’entre eux ayant obtenu deux nominations lors des International Digital Emmy® Awards en 2014.

En constatant les projets ayant obtenu du financement cette année, je suis impressionnée de voir à quel point les producteurs indépendants ont plus que jamais su innover et expérimenter. Si le présent rapport annuel met de nombreux projets en valeur, je tiens tout de même à en mentionner deux en particulier qui viennent appuyer mes observations. D’abord, il y a The Polar Sea 360, produit par DEEP Inc., qui a eu recours à des technologies novatrices afin de raconter une histoire de manière différente. Ce projet a su tirer avantage de la vidéo à 360 degrés afin de plonger les utilisateurs au cœur de l’Arctique canadien comme jamais auparavant. Le Fonds Bell a accordé sa confiance à une nouvelle technologie ayant permis au producteur de livrer une expérience à la fois unique et excitante.  

De son côté, Le Rêve de Champlain s’avère un excellent exemple d’une programmation qui suscite l’intérêt d’un vaste auditoire grâce à un contenu à la fois captivant, éducatif et divertissant disponible sur une variété de plateformes : télé, appareils mobiles, jeux, jeux-questionnaires et médias sociaux.

Je tiens à profiter de cette occasion pour souhaiter la bienvenue à Suzanne Gouin, récemment nommée membre de notre conseil d’administration. Madame Gouin a occupé durant plus de 30 ans des postes de direction dans le secteur des médias. Elle agit présentement à titre de chef de la direction de TV5 Québec. Elle a auparavant travaillé chez Transcontinental Média, Radio-Canada, Pixcom et CFCF-12.

Je suis convaincue qu’au cours de l’année à venir, l’industrie saura faire preuve de détermination afin de surmonter les défis liés aux changements et de faire encore une fois évoluer la façon dont nous racontons des histoires. Notre industrie deviendra encore plus sophistiquée, alors que de plus en plus de producteurs amorceront le processus en identifiant d’emblée la plateforme la mieux adaptée pour raconter leur récit. Le succès appartiendra à ceux et celles qui sauront repousser les limites et saisir les opportunités qui se manifestent en prenant des risques calculés. C’est dans un tel terrain fertile que les graines de la créativité germeront, faisant émerger des projets qui sauront véritablement transformer l’industrie.

Lori Rosenberg
Vice-présidente

Notre contribution en chiffres

En savoir plus